Tout le monde le sait : l’alcool a des effets nocifs sur la grossesse. Mais qu’en est-il en période d’allaitement ? Si vous pensez qu’un petit verre n’aura aucun effet sur la lactation, détrompez-vous. Voici un petit tour d’horizon sur les dangers de l’alcool durant la période d’allaitement.

Alcool et allaitement : attention aux dangers

A priori, allaiter et boire de l’alcool sont deux choses totalement incompatibles. Mais pourquoi ? Lorsqu’il est ingéré, l’alcool passe dans le sang de la mère, et ainsi dans le lait maternel et ce, même s’il vous en avez consommé qu’un verre. Si la majorité considère que boire un peu d’alcool n’a aucun danger, il est plus prudent et surtout conseillé de ne pas en consommer durant la période de l’allaitement.

Parfois, s’accorder un petit verre incite à consommer d’autres substances nocives (tabac, par exemple). L’addition de ces deux écarts peut avoir une influence importante sur la croissance de l’enfant.

Ceci est particulièrement vrai pour les mamans ayant fumé et bu pendant leur grossesse.

Quels sont les effets de l’alcool sur le lait ?

Si la composition du lait maternel semble inchangée malgré une consommation d’alcool, sa production a quant à elle, a tendance à baisser. De plus, le réflexe d’éjection est diminué. Le lait s’écoule donc avec difficulté et la montée de lait est difficile à gérer.

De plus, comme indiqué ci-dessus, dès que l’alcool est ingéré, celui-ci passe directement dans le sang de la mère et donc, dans le lait maternel. Son taux est d’ailleurs similaire à celui du lait.

Quels sont les dangers pour l’enfant ?

Si un enfant boit du lait maternel alors que sa maman a consommé de l’alcool auparavant, ce bébé pourrait avoir tendance à souffrir de somnolences. Il tète également avec difficulté si la consommation d’alcool a été importante. En effet, le goût du lait maternel varie selon l’alimentation de la mère. L’alcool, ayant une très forte odeur et un goût assez prononcé, peut venir perturber l’enfant durant la tétée. De ce fait, les nouveau-nés ont tendance à moins se nourrir. Leur croissance est ainsi ralentit.

En ce qui concerne les effets sur le système neurologique, l’alcool n’aurait aucun danger. A condition, bien sûr, qu’il soit consommé de manière raisonnable. En revanche, il est important de savoir que le cerveau humain continue de se former durant les trois premiers mois de la vie, une maman consommant de l’alcool de manière excessive expose donc son enfant à des risques de malformation.

Selon des études menées par des chercheurs américains, les fonctions motrices diminueraient entre 4% et 5% à partir d’un verre de vin par jour.

Un verre d’alcool ? Pas avant d’allaiter !

Pour une occasion particulière, rien ne vous empêche de boire un petit verre pour trinquer. Mais il est conseillé d’attendre quelques heures avant d’allaiter votre enfant. Si vous avez l’estomac plein, le pic d’alcool dans le lait est atteint une heure après sa consommation, 30 minutes si vous n’avez pas mangé. Le taux varie aussi selon le degré d’alcool.

Boire de l’alcool durant l’allaitement n’est pas sans risque pour l’enfant. S’il n’est pas interdit, il est cependant conseillé de suivre quelques précautions afin que les dangers sur l’enfant soient réduits au maximum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *