Solitude du chien

Beaucoup ont décidé d’adopter un chien, seulement, ils ne savent pas comment s’y prendre, et surtout, comme toute la famille n’est pas à la maison la plupart du temps, quelle race supporterait la solitude. Il y a alors des informations que l’on doit prendre en compte avant d’aller dans ces centres canins ou auprès des associations s’occupant d’animaux errants, qui ont besoin d’être adoptés.

Le chien, un compagnon souvent…seul

Quand on vit dans un appartement ou dans une demeure avec de grandes cours, avoir une boule de poils chez soi ne se conçoit pas de la même façon. Pour une maison assez exigüe, il est important de le sortir promener pour qu’il puisse faire ses besoins et pour pouvoir lui offrir un espace plus important pour courir et japper. Une résidence close avec une grande cour, par contre, est un endroit parfait pour son développement et pour ses instincts naturels. Ainsi, quand on en choisit un comme compagnon, il faut prendre en compte ce critère.

Mais c’est aussi le cas quand on doit le laisser seul à la maison de temps en temps pour remplir ses fonctions dehors, et, sachez que si quelques races supportent mieux la solitude, d’autres appréhendent de rester seules. Ce critère est donc aussi important que les autres puisque ces boules de poils pourraient aussi être sujettes à la déprime et quand ils en sont victimes, leurs réactions peuvent faire beaucoup de…dégâts.

Les races les plus indépendantes

Notez que chaque chien a ses caractères, mais il y a des races qui sont plus disposées à être plus indépendantes. On peut en citer quelques-unes parmi lesquelles vous pourrez choisir la vôtre afin d’être sûr que vous pourrez le laisser tout seul, sans vous culpabiliser. Il y a alors le « Husky » qui ne va pas vous faire la misère pendant vos absences régulières. La race « Shih Tsu » est très sociable sans pour autant être un « pot de colle » quand vous l’occuper avec des jouets.

Le sportif « Épagneul Breton » a besoin d’espace mais arrive très bien à rester seul, par contre, le « Lhassa Apso » est plus à l’aise à l’intérieur et est plutôt discret pour ne déranger personne. Le « Pékinois » est plutôt une race calme, aimant le repos et la sieste, et arrive à vivre dans son coin. Le « Berger Australien » est une race qui arrive à s’adapter à toutes situations : d’un gène indépendant, il aime également la vie de famille. Le « Dalmatien » est aussi indépendant, cependant, il n’apprécie pas trop la vie d’appartement, et le « Setter Anglais » n’a pas forcément besoin de la présence de son maître pour jouer mais il reste un très bon compagnon.

Comment lui apprendre à rester seul ?

Pour que votre chien arrive à rester seul, il faut tout de même lui apprendre ce qu’est la solitude et l’habituer à être indépendant. Si certaines races parviennent à prendre leur vie en mains en restant dans leur coin, d’autres peuvent exprimer leur colère et leur ennui en refusant de s’alimenter ou en faisant des bêtises. Pour les apprivoiser et leur apprendre à rester seul, laissez-le en partant de la maison et en restant dehors quelques minutes, et progressivement, vous arriverez à l’habituer à s’occuper seul.

Cet animal est très intuitif, vos gestes lui donnent des indices : enfiler les chaussures, prendre les clés, ainsi, n’hésitez pas à adopter les mêmes gestuels sans pour autant quitter la maison pour casser la monotonie. Apprenez-lui à jouer seul avec des jouets que vous ne lui donnerez que pendant votre absence. Mais le mieux est de fatiguer votre chien avant votre départ pour qu’il prenne la sieste en votre absence.

Enlever une tique sur son chien

Parmi les parasites qui font la misère aux chiens, la tique est très fréquente, et leur présence peut engendrer des maladies plus ou moins graves. Ces envahisseurs sucent le sang de nos boules de poils et leur transmettent ainsi des infections, le mieux est de les enlever quand vous découvrez leur présence sur votre chien. Mais comment y procéder ?

La tique, la connaître pour mieux s’en débarrasser

C’est un parasite qui mesure quelques millimètres mais qui reste visible à l’œil nu, c’est un acarien qui s’accroche à la peau des chiens et suçant ainsi leur sang. Ce parasite peut être dangereuse en transmettant des maladies à sa victime et pendant 2 ou 3 jours, elle arrive à introduire dans le corps de votre boule de poils des maladies, à savoir la piroplasmose, une maladie qui tue les globules rouges et entraine ainsi la jaunisse et l’insuffisance rénale.

Il y a également l’ehrlichiose dont les effets sont assimilés à ceux de la piroplasmose mais qui entraine plus rapidement la mort en l’absence de traitement. Et on connaît que ce parasite est la cause de la maladie de Lyme, autrement appelée borréliose, qui se manifeste par des douleurs musculaires et articulaires entrainant ainsi la difficulté à se déplacer.

Pour l’enlever, les bons gestes et de bons produits

Comme ce parasite s’accroche avec son rostre pour sucer le sang de votre chien, il faut alors des gestes très délicats pour le décrocher, et surtout, il faut veiller à ne pas l’éclater pour ne pas laisser le sang dispersé puisqu’il regorge de bactéries. Pour ce faire, il y a un outil qui garantit un bon arrachage : un crochet anti-tique ou une pince anti-tique. Avec sa fine encoche qui doit être glissée autour du parasite, vous pourrez l’enlever facilement en tournant la pince.

Il y a également des produits efficaces qui sont accessibles chez les vétérinaires pour enlever le parasite. Ces produits sont à appliquer directement sur le parasite ou à pulvériser avec un vaporisateur et attendre à ce que le parasite se décroche de lui-même. Veillez à traiter la blessure car il se pourrait que votre chien présente des lésions dues à sa présence et à la succion. Mais n’oubliez pas de vérifier s’il y aurait d’autres parasites qui se cachent dans les poils de votre chien, et pensez à les enlever tous.

Les meilleures préventions

Quand il s’agit de tique sur la peau de votre chien, il ne faut pas attendre trop longtemps pour l’enlever. Sachez que ces parasites sont plus nombreux en intersaison, c’est-à-dire en automne et en début de printemps, et prolifèrent dans une température entre 0° et 20°. Votre chien peut l’attraper pendant sa promenade dans les buissons, les broussailles ou dans les hautes-herbes, ou si vous vivez au bord d’une forêt.

Certes, on peut bien s’en débarrasser, mais le mieux est de les prévenir, et des produits antiparasitaires arrivent à chasser les tiques et éviter ainsi à votre chien de se faire mordre. Préférez les produits qui sont plus durables sur les poils et sur la peau de votre boule de poils.

Mais vous pourrez aussi utiliser le collier, en l’occurrence le Scabilor, qui est tout à fait efficace pour faire fuir ces parasites. Les pipettes sont aussi des solutions dont l’efficacité est prouvée et qui peuvent être manipulées par les maîtres eux-mêmes. Et l’utilisation de peigne fin régulièrement vous permet de vous en débarrasser.

Comment extraire le miel des cadres ?

S’il y a des activités qui commencent à séduire les Français, l’apiculture en est une, et la récolte du miel est son principal intérêt. Et comme toute profession, puisque c’en est une, il y a des techniques à maîtriser et des matériels à s’équiper pour l’exercer dans les règles de l’art. Ce savoir-faire requiert de la dextérité et beaucoup de pratiques.

La récolte du miel, prenez soin des cadres !

Les cadres ont été autrefois manipulés manuellement sans aucun matériel qui garantit leur réutilisation, mais depuis que les extracteurs ont été opérationnels, on manie mieux ces supports. Il y a des opérations qui peuvent être faites à la main avant de disposer les cadres dans l’extracteur. La désoperculation consiste alors à enlever la pellicule de cire déposée par les abeilles, une opération qui doit se faire avec un couteau ou une herse et un bac à désoperculer. Notez que cette opération peut être automatisée si vous possédez le matériel complet.

Comme les cadres sont délicats, il y a des dispositions à adopter pour les manipuler, ainsi, prenez le soin de les placer dans les extracteurs de façon à bien les équilibrer. Il est alors très important de les répartir proportionnellement dans l’extracteur et pour donner au moteur une vitesse constante, mais également pour ne pas abîmer les cadres. Après l’extraction, vous pourrez procéder au filtrage et à la phase de macération qui durera 4 à 5 jours.

Choisissez votre extracteur !

La miellerie est un domaine qui nécessite des matériels de pointe, et la récolte est une étape qui requiert des outils adaptés à cet effet. L’utilisation d’extracteur de miel est vivement conseillée aux apiculteurs, débutants comme professionnels, et vous aurez à en choisir parmi différents modèles. En effet, il y a des modèles destinés à ceux qui commencent dans l’apiculture, et l’extracteur manuel aide à débuter dans le secteur.

L’extraction automatique peut aussi se faire avec un extracteur électrique qui permet de gagner du temps et garantit une bonne récolte. Ce système motorisé est adapté à tous types de rayons et différentes tailles seront accessibles pour chaque type de production. Pour les professionnels, le mieux est d’opter pour l’extracteur combiné qui fusionne dans une seule machine les trois étapes de la récolte : l’extraction, le filtrage et la maturation.

La production dans son état actuel

Très prospère pour certains, moins pour les autres, le miel tend à devenir une denrée rare actuellement, et on note une baisse considérable de la production de miel ces dernières années. En effet, si la production a atteint les 35 000 tonnes en 1990, elle n’est plus qu’à 8 800 tonnes cette année en France. Un déclin qui fait souffrir les consommateurs pour que le pays en importe plus de 31 000 tonnes en 2016 dans d’autres pays, notamment en Chine ou en Argentine.

Les 70 000 apiculteurs recensés en France souffrent de cette diminution excessive de la production, et les causes en sont diverses. Le varroa, cette maladie qui tue les abeilles est un fléau qui a touché l’apiculture ces dernières années, mais il y a aussi l’invasion des frelons asiatiques qui sont entré sur le territoire français. L’utilisation abusive des pesticides est aussi montrée du doigt pour perturber le cycle, voire tuer les abeilles.

Les insectes pollinisateurs

Dans le phénomène de la pollinisation, les insectes pollinisateurs jouent un rôle primordial. Ce sont des agents essentiels dans le processus de la reproduction des plantes car en effet, sans ces précieux insectes, la pollinisation ne peut se faire et l’on ne pourra plus profiter des fruits, des graines et autres produits de la nature. Mais quels sont donc ces insectes et pourquoi sont-ils si irremplaçables ?

Quels sont les insectes pollinisateurs ?

Les insectes pollinisateurs sont les insectes qui permettent aux espèces végétales, notamment les plantes à fleurs de se reproduire. En venant butiner sur les fleurs afin de se nourrir, les insectes transportent involontairement les grains de pollen vers d’autres fleurs. Le fait de transporter le pollen d’une fleur à une autre permet la fécondation et la production de fruits et de graines. Il est donc devenu plus qu’important de bien connaître les insectes pollinisateurs pour mieux les protéger. Ces insectes peuvent se classer en 4 grandes catégories :

  • les hyménoptères qui regroupent les insectes pollinisateurs tels que les abeilles, les guêpes ou encore les bourdons, et également les fourmis

  • les lépidoptères qui sont constitués par les papillons, qu’il s’agisse des espèces de jour ou des espèces nocturnes

  • les diptères qui regroupent les mouches, les syrphes (à différencier d’une guêpe) et également les bombyles (à différencier des bourdons)

  • les coléoptères qui sont constitués des cétoines dorées, de la trichie commune

Les abeilles, insectes pollinisateurs N°1

Si les abeilles font partie des insectes pollinisateurs, l’on pourra dire que ces insectes sont les insectes pollinisateurs les plus efficaces qui soient. En effet, une abeille seule peut butiner jusqu’à 250 fleurs par heure mais également d’emporter sur une seule de ses pattes, quelques 500.000 grains de pollen. Encore un atout à son actif, l’abeille pollinise 71 espèces de plantes parmi les 100 qui constituent les ressources alimentaires de l’Homme. Il s’agit des fruits comme la pêche, la poire, les groseilles…, des légumes comme l’oignon, la citrouille, le concombre…

Le déclin des insectes pollinisateurs, un danger imminent pour l’Humanité

D’après le savant Albert Einstein, « Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que 4 années à vivre ». En effet, si les insectes pollinisateurs venaient à disparaitre, l’Homme serait contraint à ne plus consommer plusieurs aliments essentiels à sa survie et sa consommation alimentaire sera dangereusement appauvrie. L’impact sur l’agriculture mondiale serait une véritable catastrophe car il faut savoir que 65% des plantes agricoles seraient alors menacées, soit plus de 35% de l’alimentation humaine. En outre, jusqu’à 90% des plantes sauvages dépendent de ces insectes pour pouvoir se reproduire.

Les raisons de la disparition des abeilles

La disparition des abeilles est principalement due aux actions de l’Homme, notamment les pesticides sont une des causes de mortalité des abeilles. Ces produits sont en effet d’une toxicité avérée pour ces précieux insectes pollinisateurs car ils sont à l’origine de malformations, de faiblesses des défenses immunitaires…

En outre, le déclin des abeilles est également le fait des insectes appelés varroa destructor. Ces insectes acariens transmettent la maladie de varroose aux colonies d’abeilles pour les décimer de façon rapide et redoutable. Le parasite infecte le corps de l’abeille adulte et des larves en attaquant son système immunitaire et en entrainant une paralysie pour finir par la mort de l’abeille.

Votre animal de compagnie est un être vivant ayant des besoins physiques et matériels. La nourriture, le bien-être, la distraction, la protection sont autant de nécessités à satisfaire.

Les accessoires liés à l’alimentation

La gamelle et/ou le distributeur sont deux accessoires indispensables pour votre chien, car ce sont des contenants de la nourriture et du breuvage de votre animal. La gamelle est un petit bac dans lequel sont servies les croquettes servant à nourrir l’animal. Vous en trouverez en acier, céramique, fonte de fer, plastique et même en tissu. Il existe des modèles spécialement adaptés à chaque race de chiens.

Le distributeur joue pratiquement les mêmes rôles que la gamelle, mais le processus est automatisé. Si vous voyagez souvent ou si vous n’avez pas assez de temps à consacrer à votre animal de compagnie, un distributeur automatique de croquettes et d’eau est une option qui s’offre à vous.

Les accessoires relatifs à l’hygiène et le bien-être

Il n’y a pas que de l’alimentation dont a besoin un chien. La santé et l’hygiène sont primordiales pour l’épanouissement de votre animal. Pour lui assurer une bonne condition hygiénique, vous aurez besoin d’une brosse à dents pour les soins dentaires, du matériel de toilettage tels que les savons et shampoings, la tondeuse pour chien, le séchoir, des produits corporels, ou des parfums si vous voulez. Une petite corbeille est également à prévoir.

Pour son bien-être, il lui faut une niche, un lit banc de couchage, un tapis, un coussin et des couvertures. Le choix de la niche se fera en fonction de la taille de l’animal. En bois ou en plastique, vous trouverez plusieurs types de niches sur le marché. Tous ces accessoires lui permettront de vivre dans de belles conditions.

Sur le plan vestimentaire, un chien a besoin d’un manteau imperméable en cas de nécessité, d’une doudoune et même parfois d’une combinaison. Les colliers sont également des options qui s’offrent à vous. Vous trouverez une très belle collection sur dandyspet.fr

Si vous effectuez des activités sportives avec le chien, certains accessoires peuvent également être envisagés pour assurer la santé et sécurité de l’animal.

Les accessoires de dressage ou de jeux

Pour maintenir le chien en bonne condition physique, il lui faut des jouets. Les chiens peuvent s’adonner aussi bien aux jeux physiques que de réflexion. Ainsi, pour l’épanouissement de l’animal il lui faudra des accessoires tels que les jouets, les peluches, les jeux de stratégie et de réflexion.

Les accessoires pour chiens handicapés

Si votre animal de compagnie est handicapé, d’autres accessoires sont à envisager tels qu’un harnais levage portage, une voiturette, un escalier de rampe, une collerette anti-mordillage, etc. Tout dépend des besoins spécifiques du chien.

Plusieurs autres accessoires peuvent entrer en ligne de compte dans la garde d’un animal tel que le chien. Selon la race, certains propriétaires n’hésitent pas à dépenser d’énormes sommes d’argent pour satisfaire les caprices de leurs petits amis. C’est le cas par exemple des chiwawas qui portent des colliers en diamants et autres vêtements de luxe.