zéro déchet

Avec les soucis sur la pollution et la politique anti-gaspillage, la formule « zéro déchet » fait de plus en plus d’adeptes. Il faut dire que les poubelles représentent beaucoup et cela est dû à une consommation trop importante et au système de conditionnement inadéquat à l’environnement. Toutefois, il y a des solutions pour faire face à ce genre de… « gâchis ».

Le « zéro déchet », mode d’emploi

Il faut dire que, en tant que société de consommation, nous ignorons les réflexes qui font de nous des citoyens responsables et des hommes soucieux de son avenir et de ses prochains. Parmi les gestes qu’il faut adopter quand on veut apporter sa participation à l’écologie, mais également, afin de préserver au mieux notre planète, c’est surtout celui de réduire les déchets nocifs qui prennent des années, voire des siècles, à disparaître. Ainsi, prenez l’habitude de faire vos courses avec un seul cabas, évitez d’emporter chez vous tous ces emballages qui encombreront vos poubelles.

Certes, des astuces pour cette formule de non-gaspillage, il y en a beaucoup, mais une permet de moins accumuler des choses « inutiles » chez vous. Passez alors à l’achat en « vrac », celui qui vous fera acheter des fromages en tranches, des fruits et légumes en détail, de la charcuterie à la coupe et beaucoup d’autres procédés.

Les déchets des Français en chiffres

D’après les sondages, annuellement, les déchets ménagers représentent 270 kg par habitant en France. Un chiffre énorme quand on pense à ces bennes qui passent pour collecter les sacs-poubelles. Ainsi, 96% des Français pensent qu’on produit trop de déchets et qu’il est temps d’en produire moins en adoptant des solutions draconiennes.

Les déchetteries sont également des moyens pour recycler les déchets et avec plus de 4 700 déchetteries recensées en France, 64% des déchets ainsi collectés sont recyclés dans des filières de valorisation comprenant le recyclage en matières organiques et le recyclage en matières énergétiques. Certes, cette formule ne représente qu’un tiers des déchets collectés par les services municipaux, mais c’est un procédé qui pourra améliorer ce souci de l’environnement.

Optez pour le compost !

La démarche « zéro déchet » est tout à fait accessible avec une responsabilité et une certaine volonté à recycler ses résidus. Le compostage est une meilleure solution pour se défaire de ses ordures. Le compost est une matière organique obtenue à partir de macération des déchets compostables. On parle de déchets ménagers compostables les restes de repas, les cartons et papiers, les déchets végétaux, les produits textiles naturels incluant le coton et le lin et certains déchets hygiéniques.

Ce processus aérobie consiste alors à mettre dans un endroit plutôt loin du logement, et qui reste au contact de l’oxygène de l’air et de l’humidité pour se transformer en compost sous l’action des bactéries, des champignons et autres micro-organismes. Ainsi, mettez-y les épluchures de vos légumes et fruits, jetez-y les coquilles de vos œufs, mais également vos déchets de jardinage, à savoir les feuilles de vos arbres, les dernières tontes de votre pelouse, les petites branches fines de vos arbustes.

Moment de la féminité à vivre dans la plénitude, la grossesse doit être vécue dans ce sens-là. Certes, ce n’est en aucun cas une maladie, toutefois c’est une période qui requiert une certaine prudence. Il y a alors des choses que l’on doit éviter de faire, de manger pour que cette période se déroule dans la sérénité et préserve votre santé et celle de votre futur enfant.

La grossesse, vivez-la en toute quiétude !

L’attente d’un heureux évènement est toujours une période d’allégresse et de plaisir, même si les premiers mois semblent être un supplice pour certaines. Pour que ce moment se passe bien, il y a des réflexes que vous devez adopter. Vous devez ainsi vous priver de manger des aliments crus dans lesquels des mauvaises bactéries pourraient se cacher, entre autres les formages non pasteurisés, les viandes saignantes et autres.

Évitez de boire de l’alcool, de boissons contenant de caféine, si l’un endommagerait le cerveau du bébé, l’autre est également très nocif pour le développement de l’enfant. Il est aussi conseillé de ne pas prendre des produits édulcorants pendant cette période, le mieux est de sucrer vos nourritures avec du miel.

Des choses à ne pas faire !

Pendant ce temps où vous portez en vous votre bébé, d’autres choses sont aussi à éviter pour votre bien-être et celui du bébé. Pour aucune raison, évitez la radiographie qui porterait préjudice au fœtus, le mieux est d’aviser votre médecin de votre grossesse pour toute consultation. Évitez également de vous exposer au soleil sans protection ou « à nu »au risque de voir apparaître sur votre visage des masques disgracieux qui y resteront à jamais.

Votre corps change, vos membres également augmenteront de volume, enlevez alors vos bagues qui pourraient coincer vos doigts. Une chose qui paraît anodine pour certaines mais qui s’avère être très dangereuse : celle du nettoyage de la litière de votre chat, car la toxoplasmose qui pourrait léser la santé de votre bébé, voire provoquer une fausse couche, se transmet avec cette opération.

Il y a aussi cette habitude que vous ne devez plus faire, celle de prendre des médicaments. Le temps du petit comprimé d’antalgique pendant un mal de tête est révolu, le somnifère qui vous a aidé à dormir n’est plus d’actualité. Et enfin, préférez les gymnastiques moins brutales et qui ne provoquent aucune secousse, évitez l’équitation, la boxe ou le ski alpin.

Des détails utiles

Pendant votre grossesse, non seulement votre humeur, sous l’influence des hormones, fait des siens, mais votre corps prend une autre forme, mais aussi gagne en poids. En effet, la femme peut prendre entre 11 kg et 16 kg pendant sa grossesse, dont le poids du fœtus ne représente qu’un quart. Certes, il y a une certaine moyenne qui serait idéale, mais les poids gagnés pendant la grossesse ne sont pas déterminants, l’important est d’avoir une alimentation équilibrée.

Sachez également que quelques abréviations sont couramment utilisées, entre autres la SA qui définit les semaines d’aménorrhée, la SG ou semaines de grossesse, la DDR ou date des dernières règles et la DPA ou la date probable d’accouchement.

Les insectes pollinisateurs

Dans le phénomène de la pollinisation, les insectes pollinisateurs jouent un rôle primordial. Ce sont des agents essentiels dans le processus de la reproduction des plantes car en effet, sans ces précieux insectes, la pollinisation ne peut se faire et l’on ne pourra plus profiter des fruits, des graines et autres produits de la nature. Mais quels sont donc ces insectes et pourquoi sont-ils si irremplaçables ?

Quels sont les insectes pollinisateurs ?

Les insectes pollinisateurs sont les insectes qui permettent aux espèces végétales, notamment les plantes à fleurs de se reproduire. En venant butiner sur les fleurs afin de se nourrir, les insectes transportent involontairement les grains de pollen vers d’autres fleurs. Le fait de transporter le pollen d’une fleur à une autre permet la fécondation et la production de fruits et de graines. Il est donc devenu plus qu’important de bien connaître les insectes pollinisateurs pour mieux les protéger. Ces insectes peuvent se classer en 4 grandes catégories :

  • les hyménoptères qui regroupent les insectes pollinisateurs tels que les abeilles, les guêpes ou encore les bourdons, et également les fourmis

  • les lépidoptères qui sont constitués par les papillons, qu’il s’agisse des espèces de jour ou des espèces nocturnes

  • les diptères qui regroupent les mouches, les syrphes (à différencier d’une guêpe) et également les bombyles (à différencier des bourdons)

  • les coléoptères qui sont constitués des cétoines dorées, de la trichie commune

Les abeilles, insectes pollinisateurs N°1

Si les abeilles font partie des insectes pollinisateurs, l’on pourra dire que ces insectes sont les insectes pollinisateurs les plus efficaces qui soient. En effet, une abeille seule peut butiner jusqu’à 250 fleurs par heure mais également d’emporter sur une seule de ses pattes, quelques 500.000 grains de pollen. Encore un atout à son actif, l’abeille pollinise 71 espèces de plantes parmi les 100 qui constituent les ressources alimentaires de l’Homme. Il s’agit des fruits comme la pêche, la poire, les groseilles…, des légumes comme l’oignon, la citrouille, le concombre…

Le déclin des insectes pollinisateurs, un danger imminent pour l’Humanité

D’après le savant Albert Einstein, « Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que 4 années à vivre ». En effet, si les insectes pollinisateurs venaient à disparaitre, l’Homme serait contraint à ne plus consommer plusieurs aliments essentiels à sa survie et sa consommation alimentaire sera dangereusement appauvrie. L’impact sur l’agriculture mondiale serait une véritable catastrophe car il faut savoir que 65% des plantes agricoles seraient alors menacées, soit plus de 35% de l’alimentation humaine. En outre, jusqu’à 90% des plantes sauvages dépendent de ces insectes pour pouvoir se reproduire.

Les raisons de la disparition des abeilles

La disparition des abeilles est principalement due aux actions de l’Homme, notamment les pesticides sont une des causes de mortalité des abeilles. Ces produits sont en effet d’une toxicité avérée pour ces précieux insectes pollinisateurs car ils sont à l’origine de malformations, de faiblesses des défenses immunitaires…

En outre, le déclin des abeilles est également le fait des insectes appelés varroa destructor. Ces insectes acariens transmettent la maladie de varroose aux colonies d’abeilles pour les décimer de façon rapide et redoutable. Le parasite infecte le corps de l’abeille adulte et des larves en attaquant son système immunitaire et en entrainant une paralysie pour finir par la mort de l’abeille.

Le portage salarial, comme nous le savons, est un mode de travail permettant à un travailleur de conserver toute son autonomie dans l’exécution de ses missions. Quant au consultant informatique, il est un professionnel dont les services sont souvent sollicités par des entreprises ou organisations, lorsque celles-ci décident de faire évoluer leur système d’information. Il leur apporte donc un regard d’expert et les conseille sur les outils informatiques et leurs utilisations. À ce titre, l’activité du consultant informatique se prête bien au fonctionnement du portage salarial. C’est sans doute ce qui explique le taux élevé de consultants faisant le choix du portage.

 

Un secteur avec des exigences spécifiques

Ces dernières années, le secteur IT/NTIC connaît un développement incroyable. Ce qui fait que les acteurs de ce secteur sont de plus en plus sollicités pour divers services. Mais comme nous le savons déjà, pour tous les experts évoluant dans le domaine de l’informatique et des télécommunications, les activités s’organisent autour de deux notions clés que sont l’indépendance et le travail en réseau. En effet, les prestataires de services en informatiques aiment préserver leur créativité. Pour ce faire, ils tiennent à un mode de travail autonome. Que cela soit chez les experts en réseau, les formateurs hardware/software, les spécialistes de l’ingénierie informatique ou les consultants web indépendants, on préfère les missions sans contrainte administrative ou sans contrainte hiérarchique. Et c’est justement ce que propose le portage salarial. Avec ce mode de travail, le consultant fait lui-même le choix des missions qu’il désire accomplir et des clients pour qui il veut travailler. C’est ce que prévoit l’article L1254-2 qui dispose à son alinéa 1 « Le salarié porté justifie d’une expertise, d’une qualification et d’une autonomie qui lui permet de rechercher lui-même ses clients et de convenir avec eux des conditions d’exécution de sa prestation et de son prix ».

 

Les avantages du salariat.

Le consultant maintient donc toute son indépendance et son autonomie dans le cadre de l’exercice de sa mission. Ce qui n’est pas le cas dans une société de service en ingénierie informatique (SSII). Mais en dehors de son autonomie, le portage salarial permet au consultant en informatique de bénéficier de tous les avantages d’un salarié. En effet, il ressort des termes de l’article L1254-1 du code de travail, que la société de portage établit pour le porté un contrat de travail en bonne et due forme ; en respectant les conditions qu’il a retenu avec son client. Ledit contrat permet donc au travailleur de bénéficier de tous les avantages habituels qu’il procure. Il sera rémunéré donc à la fin de chaque mois par l’entreprise de portage et va bénéficier de tous les autres avantages du salarié (assurance maladie, retraite…). Un autre aspect qui fait du portage salarial, la formule la plus adaptée aux consultants informatiques, c’est que le consultant est déchargé de toute gestion administrative de sa mission. C’est la société de portage qui s’occupe de toute la paperasse de l’administration. Ce faisant, le consultant consacre exclusivement son temps à sa mission.

Les vertus du cyclisme étant de plus en plus reconnues, il n’est pas rare de voir ce sport conseillé pour des pathologies respiratoires ou la perte de poids. Ainsi, les vélos elliptiques ou couchés peuvent être préférés pour éviter ou remédier à certains problèmes de santé. Mais en matière de transport, on observe également une importante diversification. Pour bien choisir son vélo, il y a donc plusieurs éléments à prendre en compte : les distances parcourues, la fréquence d’utilisation, et le type de chemin fréquenté.

Vélo de ville et vélos pliables

En milieu urbain, la pratique quotidienne du vélo vous permet non seulement de pratiquer un sport sain, et donc de bénéficier de tous ses effets sur votre bien-être, mais aussi de gagner un temps précieux dans les embouteillages.
Les vélos de ville sont de plus en plus légers, et disposent de tous les équipements de sécurité et de confort nécessaires à une pratique quotidienne du vélo. Dans cette catégorie seulement, il existe une multitude de modèles plus ou moins légers et équipés.

Les porte-bagages et paniers, ainsi que les matériaux choisis ou le nombre de vitesses, voilà autant d’éléments à prendre en compte du point de vue du poids du vélo. Ainsi les modèles dits « fixies » (adoptés par les coursiers américains) sont par exemple plus minimalistes et plus légers, mais également moins sécurisés.
Choisir votre vélo de ville dépendra des aménagements présents sur votre route ; par exemple, si vous devez fréquenter des zones piétonnes, choisissez un modèle comportant un système de freinage robuste (freins à tambour ou à étriers) ; si vous devez laisser votre vélo dans un endroit fréquenté, n’oubliez pas les antivols intégrés, ainsi qu’une selle et des roues moins faciles à voler.

Sachez également que les modèles électriques se démocratisent, et que des subventions étatiques existent depuis février 2017 pour vous aider à financer votre vélo électrique ! Certaines villes et communes peuvent aussi participer ; n’hésitez donc pas à comparer ces aides.

Tout le monde n’a cependant pas la chance d’habiter à moins de 15 kilomètres de son lieu de travail ! L’industrie s’est adaptée, et offre maintenant la possibilité de voyager avec un vélo pliable ! Autorisés dans les trains comme dans les bus, ces petits bijoux d’ingénierie vous permettent de poursuivre votre trajet à vélo, et donc d’économiser du temps et d’épargner vos nerfs !

Les utilisations mixtes

Au-delà d’un certain nombre de kilomètres, et de la fréquentation de routes moins entretenues, les professionnels du vélo recommandent d’opter pour les VTT ou vélo de route milieu de gamme. Ils offrent plus de vitesses et plus de confort sur routes mixtes. Sachez cependant qu’il existe de véritables « fausses bonnes idées » en matière de pneus (sillons trop creusés) et de suspensions – si vous achetez neuf, assurez-vous de pouvoir rapporter le modèle si ce dernier ne vous convient pas.

Si cela prévaut pour les VTT, soyez vigilant dans le choix des matériaux et pièces qui composent votre vélo. S’assurer du confort et de la sécurité de ses trajets en ville comme sur routes moins entretenues, c’est avant tout choisir un vélo que l’on peut entretenir soi-même, facilement, et en dépensant moins !

Le plastique est évidemment un matériau très important dans la vie moderne. Omniprésent dans tous les domaines, allant de l’évident et plus commun, comme les sachets et les bouteilles en plastique, aux utilisations plus complexes comme les casques de motos ou les technologies modernes. Mais bien que ses avantages soient indiscutables, le plastique présente tellement d’effets néfastes que tous les chercheurs et sociétés savantes essaient de tous les moyens de limiter la consommation de plastique, et même de le remplacer par d’autres matériaux, si c’est possible.

Actuellement, on parle même de septième continent forme exclusivement de déchets, dont le plastique représente 90% des composants. Ce continent a été découvert en 1997 se situe dans le Nord-Est du Pacifique, entre Hawaï et la Californie, et ses dimensions sont de 3.5 millions de Kilomètres carrés à peu près, avec 750.000 débris par Km² ! En effet, sous l’effet des courants marins, les déchets provenant des bateaux et des plages flottent puis se regroupent dans cette région formant une   énorme montagne d’ordures qui au fil des années ont formé ce continent de déchets en plastique.

Mais comment le plastique est-il néfaste ? Voilà quatre raisons qui expliquent pourquoi le plastique constitue un danger inéluctable pour l’environnement et les créatures qui y habitent.

Il y en a trop !

C’est le matériau le plus utilisé dans tous les pays, on en produit plus que 100 millions de tonnes par an dans le monde ! C’est une quantité énorme, dont 10% au moins se trouve au fond de l’océan.

Déchets à croissance rapide

Le plastique est retrouvé dans des objets utilisés quotidiennement par tout le monde, et jetés quotidiennement partout dans le monde aussi. Bouteilles, sachets, boites de conserve, tout est en plastique. Le problème est que ces déchets ne sont pas toujours jetés dans les endroits qui y sont dédiés, mais aussi dans les forêts, les rivières et les océans. Et bien que les efforts se multiplient pour promouvoir le recyclage du plastique, la croissance de l’utilisation de ce matériau dépasse de loin cet effort, et on se retrouve avec des montagnes de déchets qui augmentent de volume de jour en jour.

 

Non biodégradable

C’est le problème majeur concernant le plastique. Des centaines d’années sont nécessaires pour que les sachets en plastiques commencent à se dégrader partiellement. Et ce même processus de biodégradation est très nocif pour l’environnement car il libère des toxines qui souillent la terre et l’eau, et donc les animaux qui y vivent ou qui les consomment.

Danger à la vie aquatique

Chaque kilomètre carré d’océan contient entre 40.000 et 100.000 pièces de déchets en plastique. C’est pourquoi un million oiseaux marins, baleines, dauphins, tortues de mer… meurent à cause des débris en plastique qui submergent nos mers. Même les requins n’y échappent pas. Blessures, mutilations, infections, toxines… les mécanismes diffèrent et le résultat est le même : la mort des animaux marins.

Pour vos courses, utilisez des sacs en carton ! Jetez vos déchets dans les endroits qui lui sont dédiés ! Essayez de protéger la nature contre ce tueur silencieux : le plastique.

 

Votre animal de compagnie est un être vivant ayant des besoins physiques et matériels. La nourriture, le bien-être, la distraction, la protection sont autant de nécessités à satisfaire.

Les accessoires liés à l’alimentation

La gamelle et/ou le distributeur sont deux accessoires indispensables pour votre chien, car ce sont des contenants de la nourriture et du breuvage de votre animal. La gamelle est un petit bac dans lequel sont servies les croquettes servant à nourrir l’animal. Vous en trouverez en acier, céramique, fonte de fer, plastique et même en tissu. Il existe des modèles spécialement adaptés à chaque race de chiens.

Le distributeur joue pratiquement les mêmes rôles que la gamelle, mais le processus est automatisé. Si vous voyagez souvent ou si vous n’avez pas assez de temps à consacrer à votre animal de compagnie, un distributeur automatique de croquettes et d’eau est une option qui s’offre à vous.

Les accessoires relatifs à l’hygiène et le bien-être

Il n’y a pas que de l’alimentation dont a besoin un chien. La santé et l’hygiène sont primordiales pour l’épanouissement de votre animal. Pour lui assurer une bonne condition hygiénique, vous aurez besoin d’une brosse à dents pour les soins dentaires, du matériel de toilettage tels que les savons et shampoings, la tondeuse pour chien, le séchoir, des produits corporels, ou des parfums si vous voulez. Une petite corbeille est également à prévoir.

Pour son bien-être, il lui faut une niche, un lit banc de couchage, un tapis, un coussin et des couvertures. Le choix de la niche se fera en fonction de la taille de l’animal. En bois ou en plastique, vous trouverez plusieurs types de niches sur le marché. Tous ces accessoires lui permettront de vivre dans de belles conditions.

Sur le plan vestimentaire, un chien a besoin d’un manteau imperméable en cas de nécessité, d’une doudoune et même parfois d’une combinaison. Les colliers sont également des options qui s’offrent à vous. Vous trouverez une très belle collection sur dandyspet.fr

Si vous effectuez des activités sportives avec le chien, certains accessoires peuvent également être envisagés pour assurer la santé et sécurité de l’animal.

Les accessoires de dressage ou de jeux

Pour maintenir le chien en bonne condition physique, il lui faut des jouets. Les chiens peuvent s’adonner aussi bien aux jeux physiques que de réflexion. Ainsi, pour l’épanouissement de l’animal il lui faudra des accessoires tels que les jouets, les peluches, les jeux de stratégie et de réflexion.

Les accessoires pour chiens handicapés

Si votre animal de compagnie est handicapé, d’autres accessoires sont à envisager tels qu’un harnais levage portage, une voiturette, un escalier de rampe, une collerette anti-mordillage, etc. Tout dépend des besoins spécifiques du chien.

Plusieurs autres accessoires peuvent entrer en ligne de compte dans la garde d’un animal tel que le chien. Selon la race, certains propriétaires n’hésitent pas à dépenser d’énormes sommes d’argent pour satisfaire les caprices de leurs petits amis. C’est le cas par exemple des chiwawas qui portent des colliers en diamants et autres vêtements de luxe.

La literie est un secteur qui a subi de vraies transformations ces dernières années.

Nous sommes plus grands et corpulents que nos parents, et cette évolution a dû être prise en compte pour nous fournir des matelas plus adaptés à notre morphologie.

Nous sommes aussi plus stressés. Il était donc important de trouver des solutions pour que la qualité du sommeil soit préservée.

De plus, nous ne faisons plus que dormir dans le lit. Nous lisons, travaillons, prenons beaucoup de place pour nos tablettes et ordinateurs.

Et enfin, nous sommes plus allergiques.

Toutes ces caractéristiques ont été intégrées pour développer des literies à la pointe de la technologie.

 

Face hiver / Face été

Un matelas que l’on retourne en fonction des saisons, idée que tous les fabricants ont développée. La face hiver, plus épaisse, est garnie de laine d’alpaga ou de cachemire, conservant la chaleur. La face été, elle, faite généralement avec du lin, permet de ne pas trop souffrir de la chaleur. Petite astuce : la face hiver est la face sur laquelle est cousue l’étiquette !

Des lits plus grands

Le lit 140×190 n’est plus la référence aujourd’hui. Nous nous tournons davantage vers des lits queen size (160×200) voire king size (180×200) ou même du 200×200 quand la superficie de la chambre et le budget le permettent. Ces 10 cm de plus en longueur permettent de ne pas avoir les pieds dehors en pleine nuit. Et grâce à une plus grande largeur, un couple sera moins réveillé par les mouvements de l’autre.

Lavable en machine

Certains fabricants ont bien compris la difficulté d’entretenir régulièrement son matelas. Ils ont donc créé des matelas avec panneaux déhoussables qui passent en machine. Très astucieux !

Les zones de confort

3, 5 ou 7 zones de confort sont aménagées sur les matelas en latex. Ainsi, chaque partie du corps a un maintien différent. La tête, la nuque, les épaules, le dos, le bassin, les jambes et les pieds.

Le centre du matelas est la partie qui va soutenir le plus de poids. Renforcer cette partie pour plus de fermeté et de maintien s’avère une bonne solution.

Les matelas hypoallergiques

20% des Français sont allergiques et ce chiffre ne cessent d’augmenter. Les matelas hypoallergéniques, fait à partir de fibres naturelles, sont une vraie innovation et permettent de réduire considérablement le développement et la prolifération des acariens, germes et bactéries. De plus, ils réduisent la transpiration, élément qui crée les conditions idéales pour la nidification des acariens.

Malgré l’achat d’un tel matelas, cela n’exclut pas de continuer à faire les bons gestes pour une meilleure hygiène de votre environnement : aérer la pièce 20 minutes chaque jour, avant de refaire votre lit.

L’indépendance de couchage

 

Quoi de plus désagréable de se réveiller chaque fois que son conjoint bouge. Et ce 40 à 60 fois par nuit. Dormir à deux peut vite devenir un cauchemar. Il était nécessaire de proposer des solutions. Les matelas avec une suspension à ressort ensachés s’avèrent être celui qui offre le soutien le plus ferme. L’indépendance de couchage est ainsi garantie.

Le matelas à mémoire de forme

Le matelas mousse viscoélastique, dit à mémoire de forme, a été développé par la NASA. À la pointe de la technologie, ce matelas épouse les formes de votre corps et maintient votre colonne vertébrale, vos hanches et votre cou. Vous êtes comme en apesanteur. C’est un matelas particulièrement recommandé pour les personnes souffrant de lombalgies ou ayant des problèmes de circulation sanguine. Il offre sans conteste, un grand confort de couchage.

Les capsules de gel rafraîchissantes

Les matelas à mémoire de forme proposent maintenant une technologie de plus : des microcapsules de gel rafraîchissantes. Cette innovation permet de maintenir une température corporelle constante dans votre lit.

Idéales pour la sensation de jambes lourdes provoquée par une mauvaise circulation sanguine.

Les grandes innovations ne concernent plus seulement les matelas, mais également les oreillers, les protège-matelas ou les couettes. Tous les fabricants travaillent pour nous assurer un sommeil réparateur.

Ménage, repas, courses, vaisselle, lessive, repassage, jardin… (Ouf) Dans votre foyer, c’est vous qui vous s’occupez de TOUT ? Vous avez essayé de tenir, mais là vous êtes à bout, définitivement à bout ? C’est normal ! Il est temps de déléguer toutes ces tâches à une femme de ménage. Pour cela, deux options s’offrent à vous, soit vous embauchez de particulier à particulier, soit vous passez par une agence de services à la personne. Attention, le tarif d’une femme de ménage n’est pas fixe. Il varie selon différents critères :

  • Tout d’abord, le tarif n’est pas le même pour une agence de services à domicile et une femme de ménage. Passer par une agence s’avère parfois plus cher.
  • Le tarif varie également en fonction de la fréquence d’intervention : occasionnelle ou régulière. Plus le volume horaire demandé sera important, plus le tarif sera réduit.
  • Il faut aussi savoir que le tarif d’une femme de ménage varie selon la prestation demandée.
  • Le tarif horaire d’une femme de ménage peut aussi augmenter en fonction de son expérience et de son niveau de qualification.
  • Pour finir, il faut aussi prendre en compte la zone géographique. Dans certaines zones, comme Paris, Nice… le tarif d’une femme de ménage est plus élevé que la moyenne.

Il n’est donc pas évident de se faire une idée précise du tarif d’une femme de ménage. Les tarifs indiqués ci-dessous sont juste donnés à titre indicatif.

 

Quel est le tarif pour embaucher une femme de ménage à titre d’employeur ?

Vous avez décidé de ne pas passer par les services d’une agence pour embaucher une femme de ménage à Bordeaux ou à Paris? Dans ce cas, c’est vous l’employeur. Vous devrez donc payer, en plus du salaire, toutes les charges sociales. Légalement, la femme de ménage doit être rémunérée au moins égale au SMIC (salaire + charges sociales), qui est fixé depuis 2015 à 9.61 € minimums. Pour un salaire net de 9.61€, vous payez environ 7.40€ + les charges sociales. Le non-respect de cette loi peut conduire à de nombreuses sanctions : paiement d’un rappel de salaire, de dommages d’intérêts, d’amendes… Si le salaire d’une femme de ménage ne peut être inférieur au SMIC, il peut cependant varier selon la zone géographique (jusqu’à 16€ à Paris), mais aussi de l’ancienneté et du niveau de qualification.

 

Quel est le tarif pour embaucher une femme de ménage via une agence ?

Vous avez décidé de passer par une agence de services à la personne ? Dans ce cas, toutes les charges sociales reviennent à l’agence, ce qui vous évite les démarches administratives. C’est aussi à l’entreprise d’assurer le bon fonctionnement du service, la gestion des plannings, le remboursement de certains frais… La raison pour laquelle le tarif horaire d’une agence est plus élevé. Il faut compter au minimum 20€ le tarif horaire. Notez que ce prix peut augmenter jusqu’à 26€, voire plus, dans certaines régions comme Paris.

 

Tout le monde le sait : l’alcool a des effets nocifs sur la grossesse. Mais qu’en est-il en période d’allaitement ? Si vous pensez qu’un petit verre n’aura aucun effet sur la lactation, détrompez-vous. Voici un petit tour d’horizon sur les dangers de l’alcool durant la période d’allaitement.

Alcool et allaitement : attention aux dangers

A priori, allaiter et boire de l’alcool sont deux choses totalement incompatibles. Mais pourquoi ? Lorsqu’il est ingéré, l’alcool passe dans le sang de la mère, et ainsi dans le lait maternel et ce, même s’il vous en avez consommé qu’un verre. Si la majorité considère que boire un peu d’alcool n’a aucun danger, il est plus prudent et surtout conseillé de ne pas en consommer durant la période de l’allaitement.

Parfois, s’accorder un petit verre incite à consommer d’autres substances nocives (tabac, par exemple). L’addition de ces deux écarts peut avoir une influence importante sur la croissance de l’enfant.

Ceci est particulièrement vrai pour les mamans ayant fumé et bu pendant leur grossesse.

Quels sont les effets de l’alcool sur le lait ?

Si la composition du lait maternel semble inchangée malgré une consommation d’alcool, sa production a quant à elle, a tendance à baisser. De plus, le réflexe d’éjection est diminué. Le lait s’écoule donc avec difficulté et la montée de lait est difficile à gérer.

De plus, comme indiqué ci-dessus, dès que l’alcool est ingéré, celui-ci passe directement dans le sang de la mère et donc, dans le lait maternel. Son taux est d’ailleurs similaire à celui du lait.

Quels sont les dangers pour l’enfant ?

Si un enfant boit du lait maternel alors que sa maman a consommé de l’alcool auparavant, ce bébé pourrait avoir tendance à souffrir de somnolences. Il tète également avec difficulté si la consommation d’alcool a été importante. En effet, le goût du lait maternel varie selon l’alimentation de la mère. L’alcool, ayant une très forte odeur et un goût assez prononcé, peut venir perturber l’enfant durant la tétée. De ce fait, les nouveau-nés ont tendance à moins se nourrir. Leur croissance est ainsi ralentit.

En ce qui concerne les effets sur le système neurologique, l’alcool n’aurait aucun danger. A condition, bien sûr, qu’il soit consommé de manière raisonnable. En revanche, il est important de savoir que le cerveau humain continue de se former durant les trois premiers mois de la vie, une maman consommant de l’alcool de manière excessive expose donc son enfant à des risques de malformation.

Selon des études menées par des chercheurs américains, les fonctions motrices diminueraient entre 4% et 5% à partir d’un verre de vin par jour.

Un verre d’alcool ? Pas avant d’allaiter !

Pour une occasion particulière, rien ne vous empêche de boire un petit verre pour trinquer. Mais il est conseillé d’attendre quelques heures avant d’allaiter votre enfant. Si vous avez l’estomac plein, le pic d’alcool dans le lait est atteint une heure après sa consommation, 30 minutes si vous n’avez pas mangé. Le taux varie aussi selon le degré d’alcool.

Boire de l’alcool durant l’allaitement n’est pas sans risque pour l’enfant. S’il n’est pas interdit, il est cependant conseillé de suivre quelques précautions afin que les dangers sur l’enfant soient réduits au maximum.