Avec la mise en place du CPF (Compte Personnel de Formation) il est devenu plus facile de pouvoir faire une formation. Que ce soit pour consolider des compétences, acquérir un nouveau savoir ou pour une reconversion  professionnelle totale, nous passerons presque tous, à un moment ou à un autre de notre vie, par la case formation. Cependant il existe plusieurs types de formations (diplômante, qualifiante ou encore certifiante) et il peut être difficile de s’y retrouver. C’est pourquoi dans cet article nous allons nous pencher sur la différence entre une formation certifiante et une formation qualifiante.

Qu’est-ce qu’une formation certifiante ?

Comme son nom l’indique à la fin de cette formation il vous sera délivré un certificat (reconnu par diverses branches professionnelles) attestant de votre participation à la formation.  Ces formations ont été créées par, et pour,  les entreprises, elles s’adressent donc aux personnes qui sont déjà entrées dans la vie active.  Les formations certifiantes sont donc des formations courtes qui apportent de nouvelles compétences en rapport avec un métier précis.  Afin de connaitre la valeur d’une formation certifiante il est important de veiller à ce qu’elle corresponde aux normes en vigueur comme par exemple les normes ISO et AFNOR entre autres.

Il existe deux grands types de formations certifiantes :

  • Les titres professionnels : Ils sont délivrés par le ministère de l’emploi et ils sont enregistrés dans le RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles). Il existe plus de 300 titres professionnels à ce jour permettant de justifier le suivi d’une formation dans le but d’acquérir des qualifications et des compétences précises.
  • Les Certificats de Qualification Professionnelle : ils sont spécifiques à une branche professionnelle (c’est d’ailleurs par elle qu’ils sont créés).  Ces CQP sont donc reconnus par les entreprises mais pas officiellement par l’État. Cependant, comme ils ont été créés par des entreprises ils sont très appréciés car ils sont en adéquation avec la réalité du métier et des compétences nécessaires.

La formation certifiante est donc plutôt à privilégier pour les salariés souhaitant acquérir une compétence précise et spécifique à leur métier. Elle n’a pas pour vocation de permettre à une personne d’acquérir des compétences transversales afin de pouvoir travailler dans d’autres secteurs d’activité. Les organismes de formation ont des logiciels (comme ceux proposés par le site de Val Software) pour délivrer des certificats de formation.

Qu’est-ce que la formation qualifiante ?

Contrairement à la formation certifiante la formation qualifiante ne permet pas d’obtenir un certificat. Cependant il est possible qu’à la fin de la formation qualifiante une attestation de stage ou un document soit remis aux participants afin de prouver qu’ils ont bien suivi l’intégralité de la formation. Cette attestation n’est pas officiellement reconnue par l’État mais elle peut être reconnue par le milieu professionnel concerné et par Pôle Emploi.  

La formation qualifiante s’adresse donc à tous les salariés, qu’ils soient nouveaux dans l’entreprise ou déjà en poste, et à pour but de leur permettre d’acquérir de nouvelles compétences dans leur métier ce qui pourra leur permettre d’évoluer dans leur carrière professionnelle.  La formation qualifiante est souvent éligible au CPF et elle permet d’être tout de suite opérationnel à son poste, ou elle peut servir à changer de poste grâce à l’acquisition de nouvelles compétences.

Avant de vous orienter vers l’une ou l’autre de ces formations, il est important de définir quel est votre objectif final et savoir si vous souhaitez obtenir un certificat reconnu par l’État ou non. Si votre poste actuel vous convient et que vous n’avez pas l’envie d’évoluer ou d’en changer une formation certifiante peut correspondre à vos attentes. Cependant, si vous avez envie d’acquérir de nouvelles compétences dans l’optique d’évoluer au sein de votre entreprise, alors une formation qualifiante sera plus à même de répondre à vos besoins.

Plus de 85 % des espèces végétales de notre planète nécessitent la pollinisation pour se reproduire. Ce service écologique est rendu par des insectes pollinisateurs, dont les abeilles.

Aujourd’hui, les populations d’abeilles sont en baisse à cause de plusieurs facteurs : déforestation, abandon de l’apiculture, usage abusif des pesticides… Pourtant ces insectes jouent un rôle capital dans la pollinisation. Nous faisons le point sur la question.

D’abord, qu’est-ce que la pollinisation ?

Comme tous les êtres vivants, les plantes ont des sexes et reproduisent. Cette reproduction passe par la pollinisation qui est le principal processus de fécondation dans le règne végétal. Les plantes possèdent une partie mâle (anthère) et une partie femelle (stigmate).

Pour germer, la partie mâle produit le pollen (cellule mâle) qui par les pollinisateurs est déplacé vers le pistil (cellule femelle). Dans le cas de certaines espèces végétales comme le riz ou le maïs, le vent peut se charger de ce transport.

Certaines espèces d’oiseaux et d’autres animaux peuvent également jouer ce rôle. Mais le gros du travail est assuré par les abeilles. La pollinisation est d’autant plus indispensable qu’elle permet aux plantes de produire des graines et des fruits. Ce qui constitue 60 % de l’alimentation de l’espèce animale.

Sans ce phénomène, il n’y aurait pas de reproduction chez plusieurs espèces végétales. En effet, les plantes ne peuvent pas se déplacer pour s’accoupler entre elles comme le font les autres êtres vivants. Alors pour le maintien de la biodiversité, la nature confie ce travail aux pollinisateurs.

Pollinisation : le rôle capital des abeilles

Chaque année, les abeilles assurent la pollinisation de plusieurs milliards de plantes, y compris certaines cultures agricoles. 1/3 des aliments que nous mangeons viennent de l’action des abeilles. Sans elles, de nombreuses plantes auraient complètement disparu de la planète et le monde en serait moins coloré.

Pour produire du miel, les abeilles ont besoin de récolter du nectar, un liquide sucré sécrété par les fleurs. En voltigeant de fleur en fleur, ces insectes font tomber le pollen sur les stigmates, favorisant ainsi la reproduction. Plus d’information sur ce site.

Cette action des abeilles est nécessaire à la formation de pépins et donc à la croissance des fruits et autres semences. Il est vrai que les abeilles ne sont pas les seuls agents pollinisateurs, mais il n’en demeure pas moins qu’elles sont les plus importantes.

Elles seules sont capables de butiner plus de 800 fleurs en une journée. Cependant, elles ne sont jamais loin de leur ruche. C’est pourquoi leur intervention se limite dans un rayon de moins de 4 km.

L’abeille, une espèce en voie de disparition ?

Plus de 270 000 espèces végétales représentant 85 % des végétaux ont besoin de l’intervention des pollinisateurs tels que les abeilles pour féconder. Pour cela, certaines plantes produisent le nectar en vue de les attirer.

Cependant, les pesticides menacent la vie de ces insectes. Aujourd’hui, leur population est en diminution sans précédent, et ce, à cause de l’usage des produits chimiques dans les exploitations agricoles.

Chaque année, plus de 25 % des colonies d’abeilles disparaissent en France. Alors, pour une meilleure protection de l’écologie, la multiplication des chances de survies de cette espèce est fortement de mise.

La truffe est connue pour son utilisation dans la cuisine gastronomique pour des plats de résistance ou des entrées. Bien qu’on l’utilise rarement pour faire des desserts, la truffe se marie aussi très bien avec tout ce qui est sucré. Découvrez ci-après comment intégrer la truffe dans les desserts pour en faire des délices.

La truffe crue en lamelles

Dans la cuisine classique, la truffe est souvent présentée en lamelles lorsqu’elle accompagne les plats. Elle peut également se présenter de la même façon pour les desserts. Un tiramisu, un petit gâteau ou une île flottante peuvent s’accompagner d’une ou de deux fines lamelles de truffes sur le dessus. La coupe se fait à la mandoline.

La truffe n’a pas besoin d’assaisonnement et doit rester nature. Il est même recommandé de ne pas la peler et de conserver la peau. Vous pouvez utiliser des truffes fraîches, idéalement noires pour leur saveur et odeur. Vous pouvez également opter pour des truffes déshydratées commercialisées directement sous forme de lamelles. Veillez toutefois à ce que ces dernières ne soient pas trempées dans de l’huile d’olive car vous allez les utiliser pour un dessert. Une autre solution est d’acheter des truffes en conserves pour en avoir hors saison.

La truffe crue râpée

On peut également déguster de nombreux desserts à la truffe dans la version râpée de cette dernière. La truffe râpée se marie très bien avec les desserts qui ont une consistance plutôt liquide ou fondante comme la mousse au chocolat. Préférez une mousse avec du chocolat blanc afin de faire ressortir la couleur noire de la truffe. Dans le cas où vous utilisez une truffe blanche, optez pour du chocolat noir ou au lait. Enfin, utilisez une râpe ultra-fine pour la truffe afin de la disposer délicatement à la surface du dessert.

Pour la version râpée de la truffe, vous pouvez aussi l’incorporer directement à une crème ou une mousse, afin qu’elle s’imprègne du dessert en entier. La truffe peut tout aussi bien être râpée ou découpée en brunoise. Dans les deux cas, le goût et l’odeur sont conservés.

La truffe pour parfumer les ingrédients

Plus un dessert est parfumé, plus il est apprécié. Si vous accompagnez un dessert de truffes, vous pouvez imprégner certains ingrédients de l’odeur de ces derniers quelques jours avant. Pour cela, il suffit de placer l’ingrédient qui accompagne la truffe avec cette dernière dans un bocal ou un récipient fermé pendant deux ou trois jours. L’arôme de la truffe va alors parfumer l’autre ingrédient et cette odeur sera bien distinguée lors de la consommation du dessert.

Vous pouvez faire cela avec n’importe quel ingrédient, même les œufs, car leurs coquilles laissent facilement passer les odeurs. Par ailleurs, l’œuf est un des ingrédients qui se marient bien à la truffe, ce qui rend parfaits les desserts ayant l’œuf parmi ses ingrédients.

De manière générale, tous les types de truffes supportent mal la cuisson. Il est alors préférable de les consommer crues et non pelées. Enfin, qu’il s’agisse de truffe blanche ou noire, truffe d’été ou d’hiver, la préparation est la même pour tous vos desserts.

Si vous avez déjà essayé de vous procurer des truffes, alors vous savez que ce sont des champignons plutôt onéreux. Cela dit, le prix d’une truffe n’est pas aussi facile que cela à déterminer à l’avance, car il faut prendre en compte tout un ensemble de paramètres.

La variété des truffes

Comme vous le savez déjà, il existe deux types de truffes. Les noires et les blanches. Cette différence de couleur se sent aussi au niveau des prix, tout comme au niveau de la saveur. Etant les plus courantes, les truffes noires sont évidemment les moins chères. Les truffes noires sont celles dites de Périgord et elles coûtent entre 400 et 1000 euros le kilo. Il en existe plusieurs dizaines de variétés et le prix prendra en compte ce détail. Par ailleurs, les truffes blanches étant plus rares et en même temps plus goutteuses, leurs prix sont largement au-dessus de ceux des truffes noires. Il faut s’attendre à dépenser entre 5000 et 7000 euros pour 1 kilo.

L’offre et la demande, la loi du marché

Quand bien même vous connaîtrez la fourchette des prix des truffes (entre 25 et 30€ les 25g sur le site www.truffeshenras.com/fr/ par exemple), cela ne suffira pas pour deviner le prix auquel vous pourrez acheter vos champignons. Le prix peut aussi dépendre de la période de la saison. Plus y a de produits sur le marché et moins chers ils seront, cela va de soi. C’est pour cela que vous verrez que les prix varient fortement selon les périodes, si les récoltes sont bonnes ou pas.

La qualité des truffes

Toutes les truffes ne se valent pas. Ce sont des champignons et plus ils sont frais, plus chers ils seront. Mais la qualité de la truffe ne se limite pas à sa fraîcheur. Plus une truffe est parfumée, plus elle est de meilleure qualité et surtout bien mûre. Donc, une fois au marché il faudra faire ce qu’il faut pour être sûr que le champignon dégage un arôme naturel. Pour ainsi dire, il faudra opérer une différenciation entre les truffes. En la matière, on vous présente les trois catégories de truffes que vous pourrez rencontrer sur le marché.

La catégorie extra : tout compte pour cette catégorie de truffe. Il y a la forme qui doit être quasiment parfaite, le champignon doit être entier donc. Cela signifie entre autres qu’il ne doit souffrir de presque aucun défaut en plus d’être mûr, donc bien parfumé.

1ère catégorie de truffe : ce sont des truffes qui conservent une forme entière, comme celles de la catégorie extra. Cela dit, elles sont moins régulières, c’est d’ailleurs sur ce léger défaut qu’elles sont différenciées de la précédente catégorie. Les truffes de la 1ère catégorie restent quand même bien parfumées, autant que les extras.

La 2ème catégorie de truffe : si ce sont des truffes qui conservent leur parfum, celles-ci sont quand même caractérisées par leurs défauts. Elles ne sont pas toujours entières, pas parfaitement rondes… ce sont des désagréments qui surviennent généralement pendant la récolte, mais qui n’ôtent rien à l’utilité de la truffe.

Les étapes d'un mariage

Ça y est ! Vous lui avez dit oui ! Il est alors temps de vous préparer à faire de ce jour féérique le plus beau. Entre trouver sa robe de mariée, penser à la décoration et faire un candy bar pour son mariage, vous aurez du pain sur la planche. Mais rassurez-vous ! Dans cet article nous allons vous guider pas à pas pour connaitre les différentes étapes d’un mariage.

Les étapes d’un mariage à suivre avant le jour J

Célébrer son mariage en bonne et due forme ne se fait pas au hasard. Des préparatifs sont à organiser à l’avance, afin d’éviter les mauvaises surprises. Vous devez à l’avance, avoir une idée de ce que sera votre mariage. Alors, pour être dans les temps et surtout être au top, nous avons dressé pour vous une liste que vous allez pouvoir suivre afin que votre mariage soit dans les normes.

  • Les papiers administratifs : pour officialiser votre amour, vous pouvez organiser un mariage religieux, qui est facultatif. Par contre, pour être légaux, vous devrez vous marier à la mairie. Voici donc les dossiers requis pour l’officialisation par le maire : la copie de la pièce d’identité des deux parties, le justificatif de domicile des deux parties, les informations complètes des témoins et leurs pièces d’identité.

  • Le style du mariage : ici, vous avez plusieurs choix, un mariage champêtre, un mariage dans une résidence, un mariage dans une salle de fête, un mariage à domicile, etc. Il est important de réserver à l’avance l’endroit, car souvent il peut se trouver que les salles soient réservées à l’avance.

  • Les invitations : à vous de choisir, quelles personnes inviter. Pour les faire-part, vous pouvez passer commande dans une carterie, ou si vous avez l’inspiration, une invitation fait maison et originale est parfaite. Parfois, il est aussi possible d’envoyer les invitations par courrier électronique, pour alléger les comptes.

  • La robe de mariée : ici aussi, vous aurez un large choix, en parcourant le Net, visiter des magasins spécialisés, ou tout simplement prendre un rendez-vous chez votre tailleur chic. Astuce :il est possible de louer une robe de mariée, afin de préserver votre budget.

  • Une animation de mariage : un mariage sans fête, y compris votre enterrement de vie de jeune fille alias evjf, n’est pas un mariage comme on dit. Prévoyez à l’avance votre type d’animation qui fera danser vos convives. Opterez-vous pour un DJ qui fera danser la foule sur la piste à travers des musiques variées, ou plutôt pencheriez-vous sur un orchestre local qui jouera en live ?

  • Le traiteur : il s’agit là d’une des étapes d’un mariage à ne pas négliger. Voyez suffisamment à l’avance avec le traiteur le type de menu que vous désirerez présenter à votre mariage. Il est important de réserver bien en avance, aussi le traiteur pour éviter les surprises de dernières minutes. Un petit cocktail pour recevoir les invités avant la célébration est une bonne stratégie.

Pour conclure, afin que votre mariage soit réussi, vous devez vous préparer des mois à l’avance. Selon votre budget, vous pouvez par exemple restreindre la liste des invités, louer une robe de mariée que d’en acheter, etc. Ne zappez aucune étape de cette liste pour un mariage au top !

Applications pour suivre l'actualité

S’il y a des outils qui sont très appréciés par les internautes, ce sont les applications leur permettant de faciliter l’accès à des programmes, entre autres l’actualité. Certes, il y a toujours un certain plaisir à feuilleter les journaux, mais pour plus d’accessibilité à tout moment et dans tout endroit, suivre les « news » sur vos appareils devient une nécessité.

Les applications pour suivre vos journaux traditionnels

Ordinateurs, tablettes et smartphones, presque tout le monde est penché dessus pour le plaisir, pour le travail et pour… suivre les actus. Ainsi, pour les habitués des journaux traditionnels, ils peuvent les lire via leur appareil en téléchargeant des applis. « Le Monde » s’est aussi converti au numérique et offre trois pages bien distinctes : la Une, les dernières infos et les rubriques habituelles. « Les Échos » est bien placée comme appli pour offrir les actualités économiques et financières.

« Le Figaro » est connue pour sa rapidité et sa fluidité, et à part les pages traditionnelles comme celle de A la Une, le Flash et autres, les étudiants auront aussi leur page avec des conseils et des infos. Il y a également les infos en direct dont « France Inter », « Francetv info » ou « Euronews » offrent en continuité et qui sont à jour et en simultané avec la diffusion sur les ondes et les chaînes.

Les agrégateurs pour plus d’infos

Il y a également ces logiciels d’agrégateur qui consistent à indiquer une plateforme sur laquelle des sources sont regroupées pour pouvoir suivre des informations selon les thèmes et les sujets recherchés. « Flipboard » en est un pour avoir des actus sur la cuisine, sur la technologie, sur la politique et beaucoup d’autres domaines. C’est une sorte de « magazine personnel » que vous créerez pour vous.

« News Republic » vous permet de « filtrer » les sujets qui vous intéressent et seuls ces thèmes vous seront proposés quotidiennement. Avec sa formule « l’actualité en trois minutes », vous ne risquerez pas de passer à côté des actualités susceptibles de vous intéresser, ainsi, vous resterez toujours connecté sur les informations essentielles tout en ayant sous vos yeux celles qui pourraient vous intéresser.

Enfants et ados, des « followers » à honorer !

Non seulement les adultes auront droit à des actualités avec les applications, mais il existe aussi celles qui sont destinées à informer les enfants et les adolescents. Pour les enfants entre 8 et 12 ans, ils pourront s’abonner à « 1jour1actu » avec le concept « un journal, un dessin animé de presse et un site Web » quotidiennement, mais ils pourront aussi suivre le fil d’actu sous forme de petites vidéos.

« Give Me Five » est une appli gratuite pour les adolescents entre 14 et 18 ans avec laquelle ils auront accès à 5 actus en 5 minutes pour 5 jours par semaine, une belle façon d’être toujours informé. « Zoom Zoom Okapi » est un outil qui fonctionne en images pour informer avec une formule ludique sous forme de quiz. « Clarify » est destiné à améliorer l’anglais de vos enfants avec une vidéo quotidienne de deux minutes.

Solitude du chien

Beaucoup ont décidé d’adopter un chien, seulement, ils ne savent pas comment s’y prendre, et surtout, comme toute la famille n’est pas à la maison la plupart du temps, quelle race supporterait la solitude. Il y a alors des informations que l’on doit prendre en compte avant d’aller dans ces centres canins ou auprès des associations s’occupant d’animaux errants, qui ont besoin d’être adoptés.

Le chien, un compagnon souvent…seul

Quand on vit dans un appartement ou dans une demeure avec de grandes cours, avoir une boule de poils chez soi ne se conçoit pas de la même façon. Pour une maison assez exigüe, il est important de le sortir promener pour qu’il puisse faire ses besoins et pour pouvoir lui offrir un espace plus important pour courir et japper. Une résidence close avec une grande cour, par contre, est un endroit parfait pour son développement et pour ses instincts naturels. Ainsi, quand on en choisit un comme compagnon, il faut prendre en compte ce critère.

Mais c’est aussi le cas quand on doit le laisser seul à la maison de temps en temps pour remplir ses fonctions dehors, et, sachez que si quelques races supportent mieux la solitude, d’autres appréhendent de rester seules. Ce critère est donc aussi important que les autres puisque ces boules de poils pourraient aussi être sujettes à la déprime et quand ils en sont victimes, leurs réactions peuvent faire beaucoup de…dégâts.

Les races les plus indépendantes

Notez que chaque chien a ses caractères, mais il y a des races qui sont plus disposées à être plus indépendantes. On peut en citer quelques-unes parmi lesquelles vous pourrez choisir la vôtre afin d’être sûr que vous pourrez le laisser tout seul, sans vous culpabiliser. Il y a alors le « Husky » qui ne va pas vous faire la misère pendant vos absences régulières. La race « Shih Tsu » est très sociable sans pour autant être un « pot de colle » quand vous l’occuper avec des jouets.

Le sportif « Épagneul Breton » a besoin d’espace mais arrive très bien à rester seul, par contre, le « Lhassa Apso » est plus à l’aise à l’intérieur et est plutôt discret pour ne déranger personne. Le « Pékinois » est plutôt une race calme, aimant le repos et la sieste, et arrive à vivre dans son coin. Le « Berger Australien » est une race qui arrive à s’adapter à toutes situations : d’un gène indépendant, il aime également la vie de famille. Le « Dalmatien » est aussi indépendant, cependant, il n’apprécie pas trop la vie d’appartement, et le « Setter Anglais » n’a pas forcément besoin de la présence de son maître pour jouer mais il reste un très bon compagnon.

Comment lui apprendre à rester seul ?

Pour que votre chien arrive à rester seul, il faut tout de même lui apprendre ce qu’est la solitude et l’habituer à être indépendant. Si certaines races parviennent à prendre leur vie en mains en restant dans leur coin, d’autres peuvent exprimer leur colère et leur ennui en refusant de s’alimenter ou en faisant des bêtises. Pour les apprivoiser et leur apprendre à rester seul, laissez-le en partant de la maison et en restant dehors quelques minutes, et progressivement, vous arriverez à l’habituer à s’occuper seul.

Cet animal est très intuitif, vos gestes lui donnent des indices : enfiler les chaussures, prendre les clés, ainsi, n’hésitez pas à adopter les mêmes gestuels sans pour autant quitter la maison pour casser la monotonie. Apprenez-lui à jouer seul avec des jouets que vous ne lui donnerez que pendant votre absence. Mais le mieux est de fatiguer votre chien avant votre départ pour qu’il prenne la sieste en votre absence.

Les blogs à suivre sur les auto-entrepreneurs

Dans le parcours des auto-entrepreneurs, ils auront besoin de suivre de quelques blogs liés à l’activité qu’ils auront choisie. Il s’agit d’un métier qui peut s’avérer être facile et complexe à la fois, c’est pourquoi un peu d’aide fera bien l’affaire pour aboutir à la réussite. Ainsi, voici les meilleurs blogs qui pourront vous servir pour tout projet que vous entreprenez.

L’auto-entrepreneur.fr

Ce blog est intéressant puisqu’il offre plusieurs publications comme les actualités françaises et internationales, les différents interviews auprès de divers entrepreneurs, les fiches pratiques et les conseils efficaces pour mener à bien un projet. Donc, quel que soit votre métier, vous pouvez y découvrir toutes les informations relatives à votre secteur d’activité.

Le site auto-entrepreneur.fr comporte des articles spécifiques qui permettent à l’entrepreneur d’affronter facilement les difficultés qu’il peut rencontrer au moment de la création ou concernant la comptabilité ou tout autre domaine. Aussi il peut y acquérir plus de renseignements sur son statut, le régime fiscal et social approprié, les assurances ainsi que la couverture sociale.

L’autoentrepreneur info

Il s’agit du blog autoentrepreneurinfo.com qui propose de divers articles utiles pour les auto-entrepreneurs tout au long des phases de leurs activités. Ainsi, vous pouvez obtenir toute une multitude d’informations et de conseils sur les démarches à suivre pour qu’un salarié réaliser son rêve de devenir freelance. Il pourra vous aider face aux différents problèmes liés à la création, il affiche également les opportunités qui peuvent se présenter.

Le blog des auto-entrepreneurs

C’est un blog présenté par Evo’Portail, il se concentre spécialement sur deux sujets qui sont l’entrepreneuriat et ses actualités. De nombreux merveilleux conseils vous y sont disponibles, ils vous seront indispensables pour bien lancer votre affaire. Ses articles sont renouvelés chaque mois et se portent sur l’étude de l’évolution du micro-entrepreneuriat et de la création d’entreprises du pays. Ils peuvent vous servir de source de réflexion fiable.

Le blog consacré aux artisans et aux commerçants

Ce blog a été particulièrement créé pour assister les artisans, les commerçants et les TPE. Il est bien soigné et revêt deux rubriques à savoir la Fiscalité/TVA et l’informatique. Il publie chaque semaine de nouvelles actualités sur de différents domaines comme le droit, la gestion, le logiciel de caisse, ou l’immobilier. Il vous y est possible d’accéder facilement sur des données indispensables pour développer votre activité.

Le blog en 20 lignes maxi

Les articles publiés dans ce blog sont des perles rares, des 20 lignes qui apportent une immense aide aux PME et TPE. Ainsi, vous pouvez y trouver des conseils utiles pour pouvoir créer, gérer, développer et financer un projet. De plus, il propose une section dédiée aux Ressources humaines, c’est ce qui distingue ce blog des autres. La blogueuse Aurélie, sa fondatrice tient à satisfaire les nouveaux ainsi que les anciens entrepreneurs en cherchant encore d’autres idées pour améliorer le site.

Le Codeur.com

Vous pouvez trouver tous les deux ou trois jours de nouveaux articles convenables aux freelances et aux sociétés qui collaborent avec eux. Il offre des conseils sur les étapes à suivre sur la délégation de tâches à un consultant. Il propose aussi des outils performants que les utilisateurs peuvent utiliser gratuitement comme les simulateurs de prix ou les comparatifs.

Le blog du freelance

À partir de 2008, ce blog permet aux travailleurs indépendants d’obtenir des conseils, des actus, des guides et de bonnes pratiques qui leur sont favorables pour leur business. Ces articles sont très faciles à appréhender, brefs et enrichissants. Donc, tous les auto-entrepreneurs peuvent y accéder pour avoir toutes les informations qui leur sont utiles pour la création ou pour l’amélioration de la productivité de leurs activités.

Prélèvement à la source

A compter de cette nouvelle année 2019, l’impôt sur le revenu ne fait plus l’objet d’un recouvrement sur avis d’imposition, il est directement prélevé à la source qu’il s’agisse de salaires, de pensions, d’indemnités, de revenus fonciers, de bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou des bénéfices non commerciaux (BC). D’après le ministère de l’Action et des Comptes publics, quelques 25 millions de salariés dans le privé et dans le public auront reçu en janvier leur fiche de paie incluant le fameux prélèvement à la source. Le point sur ce qui change vraiment avec le prélèvement à la source.

L’intérêt du prélèvement à la source

Selon le gouvernement, l’intérêt principal de cette réforme consiste à prélever les impôts des ménages en temps réel. Ainsi, c’est lorsque les revenus imposables sont versés que l’impôt est collecté, au lieu du cheminement traditionnel de la perception du salaire, la déclaration des revenus et le paiement de l’impôt. Ce nouveau mode de prélèvement évite de mettre les contribuables dans une situation financière difficile, sachant qu’auparavant, l’impôt n’est prélevé qu’un an plus tard malgré un changement financier dans leur vie comme un chômage ou un départ en retraite par exemple.

Les revenus en cas de changement de situation

Si le contribuable doit faire face à un changement de situation qui implique une baisse du revenu, le taux de prélèvement diminue aussi proportionnellement. Dans le cas inverse, une augmentation de revenu impliquera une augmentation du taux de prélèvement. Le montant du prélèvement à la source est donc très variable en cours d’année selon l’évolution des revenus du contribuable.

Pour ce qui est des travailleurs indépendants et les agriculteurs, un changement de situation peut aussi conduire à une actualisation des acomptes en cours d’année.

Pour les revenus des personnes retraitées et les revenus de remplacement, une évolution à la hausse ou à la baisse conduit automatiquement à un changement proportionnel du taux de prélèvement.

Pour l’employeur

L’application du prélèvement à la source implique des formalités pour l’employeur qui devra reverser à l’administration fiscale, l’impôt dû mensuellement par le salarié imposable. L’employeur se transforme alors en un collecteur de l’impôt sur le revenu et c’est la DGFiP qui lui transmet le taux à appliquer sur le salaire net. Le taux de prélèvement peut augmenter ou diminuer en cours d’année selon l’évolution de la situation personnelle du salarié, sans que l’employeur n’en soit préalablement informé.

La fiche de paie

A partir de janvier 2019, la fiche de paie que le salarié reçoit tous les mois intègre directement les éléments suivants, l’assiette du prélèvement, le taux de prélèvement appliqué et également le montant du salaire sans le prélèvement à la source.

Un prélèvement net

Le système du prélèvement à la source est applicable sur le salaire net après que les diverses cotisations sociales aient été déduites sur le salaire brut. Le salaire net imposable est alors bien différencié par rapport au salaire net versé, soit le montant perçu par le salarié après l’impôt.

Les réductions d’impôt

Le prélèvement à la source implique une modification du principe d’imputation des crédits ainsi que des réductions d’impôt. Ainsi, afin que le décalage de trésorerie ne soit trop conséquent pour le contribuable, le gouvernement a prévu un versement d’acompte à hauteur de 60% du crédit ou de la réduction d’impôt dès le mois de janvier.

Le réchauffement climatique

Les activités humaines comme l’usage de combustibles fossiles, l’exploitation des forêts tropicales et l’élevage du bétail peuvent être parmi les causes du réchauffement climatique. Ces éléments ont une grande influence sur le climat et la température de la terre. Découvrez dans cet article tous les détails sur phénomène mondial qui affecte tous les êtres vivants.

Qu’entend-on par réchauffement climatique ?

Il s’agit d’un phénomène général de transformation du climat marqué par une élévation des températures moyennes, et qui change fortement les équilibres météorologiques et les écosystèmes.

Actuellement, quand on parle de réchauffement climatique, cela ramène à un phénomène d’accroissement de températures qu’on a rencontré sur la planète Terre depuis plus de 100 ans. À partir du début de la révolution industrielle, les températures moyennes sur terre se sont souvent élevées. Il y a trois ans, cette température était environ de 1 à 1,5 degré dépassant largement la moyenne de l’époque préindustrielle durant les années 1850.

Les gaz à effet de serre contribuent au changement climatique

Plusieurs scientifiques affirment que l’humanité n’est pas vraiment à l’origine du réchauffement climatique, ceci s’explique par le fait que la quantité de CO2 évacuée dans l’atmosphère par les activités des hommes n’a pas d’effets concrets sur le climat et l’écosystème.

Ils proposent l’hypothèse que ces gaz sont soit contrôlés par les écosystèmes, soit qu’ils ne soient pas rejetés intensément pour avoir un effet, ou que d’autres gaz tels que la vapeur d’eau ont plus d’impact sur le réchauffement climatique que le CO2 résultant des activités des industries. En effet, quelques quantités de CO2 sont puisées par l’océan et par les plantes, mais elles ne sont pas assez régulées, ce qui fait qu’à part les gaz à effet de serre, les activités humaines représentent relativement une cause du changement climatique.

Ses impacts sur l’écosystème et la planète

Suite à l’augmentation des températures due au réchauffement climatique, tout l’écosystème mondial sera affecté. Cela trouble la météo et accroit les grands phénomènes météorologiques provoquant des variations de ses modèles usuels. Par conséquent, on rencontre plus de tempêtes, plus d’inondations, plus de cyclones et de sécheresses.

Cette hausse de température empêche les océans d’effectuer sa mission qui est celle de la régulation. Si les températures en général continuent à s’élever considérablement, les niveaux des océans s’accroitront également, mais en entrainant une acidification et une désoxygénation des zones océaniques. En outre, ce phénomène peut avoir de l’impact sur les zones de forêts et les écosystèmes fragiles et sur la biodiversité comme les coraux, les insectes, les mammifères risqueraient de disparaitre.

Les effets du réchauffement climatique sur la société et l’économie

Le réchauffement climatique a des impacts sur la société et l’économie. Ainsi, la société ne pourra pas s’adapter à un nouveau climat, leurs infrastructures doivent alors être modifiées, ce phénomène aura également une lourde conséquence sur la santé humaine et il réduira la capacité alimentaire des pays.

La lutte contre le réchauffement climatique

Pour pouvoir se débarrasser du réchauffement climatique, il faut commencer par la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pour ce faire, le mieux c’est de privilégier les énergies renouvelables et de se défaire des énergies fossiles. Il est alors important de diminuer la consommation énergétique et éviter de gaspiller les nourritures. L’humanité doit un autre mode de vie qui met en valeur l’écologie.