Solitude du chien

Beaucoup ont décidé d’adopter un chien, seulement, ils ne savent pas comment s’y prendre, et surtout, comme toute la famille n’est pas à la maison la plupart du temps, quelle race supporterait la solitude. Il y a alors des informations que l’on doit prendre en compte avant d’aller dans ces centres canins ou auprès des associations s’occupant d’animaux errants, qui ont besoin d’être adoptés.

Le chien, un compagnon souvent…seul

Quand on vit dans un appartement ou dans une demeure avec de grandes cours, avoir une boule de poils chez soi ne se conçoit pas de la même façon. Pour une maison assez exigüe, il est important de le sortir promener pour qu’il puisse faire ses besoins et pour pouvoir lui offrir un espace plus important pour courir et japper. Une résidence close avec une grande cour, par contre, est un endroit parfait pour son développement et pour ses instincts naturels. Ainsi, quand on en choisit un comme compagnon, il faut prendre en compte ce critère.

Mais c’est aussi le cas quand on doit le laisser seul à la maison de temps en temps pour remplir ses fonctions dehors, et, sachez que si quelques races supportent mieux la solitude, d’autres appréhendent de rester seules. Ce critère est donc aussi important que les autres puisque ces boules de poils pourraient aussi être sujettes à la déprime et quand ils en sont victimes, leurs réactions peuvent faire beaucoup de…dégâts.

Les races les plus indépendantes

Notez que chaque chien a ses caractères, mais il y a des races qui sont plus disposées à être plus indépendantes. On peut en citer quelques-unes parmi lesquelles vous pourrez choisir la vôtre afin d’être sûr que vous pourrez le laisser tout seul, sans vous culpabiliser. Il y a alors le « Husky » qui ne va pas vous faire la misère pendant vos absences régulières. La race « Shih Tsu » est très sociable sans pour autant être un « pot de colle » quand vous l’occuper avec des jouets.

Le sportif « Épagneul Breton » a besoin d’espace mais arrive très bien à rester seul, par contre, le « Lhassa Apso » est plus à l’aise à l’intérieur et est plutôt discret pour ne déranger personne. Le « Pékinois » est plutôt une race calme, aimant le repos et la sieste, et arrive à vivre dans son coin. Le « Berger Australien » est une race qui arrive à s’adapter à toutes situations : d’un gène indépendant, il aime également la vie de famille. Le « Dalmatien » est aussi indépendant, cependant, il n’apprécie pas trop la vie d’appartement, et le « Setter Anglais » n’a pas forcément besoin de la présence de son maître pour jouer mais il reste un très bon compagnon.

Comment lui apprendre à rester seul ?

Pour que votre chien arrive à rester seul, il faut tout de même lui apprendre ce qu’est la solitude et l’habituer à être indépendant. Si certaines races parviennent à prendre leur vie en mains en restant dans leur coin, d’autres peuvent exprimer leur colère et leur ennui en refusant de s’alimenter ou en faisant des bêtises. Pour les apprivoiser et leur apprendre à rester seul, laissez-le en partant de la maison et en restant dehors quelques minutes, et progressivement, vous arriverez à l’habituer à s’occuper seul.

Cet animal est très intuitif, vos gestes lui donnent des indices : enfiler les chaussures, prendre les clés, ainsi, n’hésitez pas à adopter les mêmes gestuels sans pour autant quitter la maison pour casser la monotonie. Apprenez-lui à jouer seul avec des jouets que vous ne lui donnerez que pendant votre absence. Mais le mieux est de fatiguer votre chien avant votre départ pour qu’il prenne la sieste en votre absence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *