zéro déchet

Avec les soucis sur la pollution et la politique anti-gaspillage, la formule « zéro déchet » fait de plus en plus d’adeptes. Il faut dire que les poubelles représentent beaucoup et cela est dû à une consommation trop importante et au système de conditionnement inadéquat à l’environnement. Toutefois, il y a des solutions pour faire face à ce genre de… « gâchis ».

Le « zéro déchet », mode d’emploi

Il faut dire que, en tant que société de consommation, nous ignorons les réflexes qui font de nous des citoyens responsables et des hommes soucieux de son avenir et de ses prochains. Parmi les gestes qu’il faut adopter quand on veut apporter sa participation à l’écologie, mais également, afin de préserver au mieux notre planète, c’est surtout celui de réduire les déchets nocifs qui prennent des années, voire des siècles, à disparaître. Ainsi, prenez l’habitude de faire vos courses avec un seul cabas, évitez d’emporter chez vous tous ces emballages qui encombreront vos poubelles.

Certes, des astuces pour cette formule de non-gaspillage, il y en a beaucoup, mais une permet de moins accumuler des choses « inutiles » chez vous. Passez alors à l’achat en « vrac », celui qui vous fera acheter des fromages en tranches, des fruits et légumes en détail, de la charcuterie à la coupe et beaucoup d’autres procédés.

Les déchets des Français en chiffres

D’après les sondages, annuellement, les déchets ménagers représentent 270 kg par habitant en France. Un chiffre énorme quand on pense à ces bennes qui passent pour collecter les sacs-poubelles. Ainsi, 96% des Français pensent qu’on produit trop de déchets et qu’il est temps d’en produire moins en adoptant des solutions draconiennes.

Les déchetteries sont également des moyens pour recycler les déchets et avec plus de 4 700 déchetteries recensées en France, 64% des déchets ainsi collectés sont recyclés dans des filières de valorisation comprenant le recyclage en matières organiques et le recyclage en matières énergétiques. Certes, cette formule ne représente qu’un tiers des déchets collectés par les services municipaux, mais c’est un procédé qui pourra améliorer ce souci de l’environnement.

Optez pour le compost !

La démarche « zéro déchet » est tout à fait accessible avec une responsabilité et une certaine volonté à recycler ses résidus. Le compostage est une meilleure solution pour se défaire de ses ordures. Le compost est une matière organique obtenue à partir de macération des déchets compostables. On parle de déchets ménagers compostables les restes de repas, les cartons et papiers, les déchets végétaux, les produits textiles naturels incluant le coton et le lin et certains déchets hygiéniques.

Ce processus aérobie consiste alors à mettre dans un endroit plutôt loin du logement, et qui reste au contact de l’oxygène de l’air et de l’humidité pour se transformer en compost sous l’action des bactéries, des champignons et autres micro-organismes. Ainsi, mettez-y les épluchures de vos légumes et fruits, jetez-y les coquilles de vos œufs, mais également vos déchets de jardinage, à savoir les feuilles de vos arbres, les dernières tontes de votre pelouse, les petites branches fines de vos arbustes.

Moment de la féminité à vivre dans la plénitude, la grossesse doit être vécue dans ce sens-là. Certes, ce n’est en aucun cas une maladie, toutefois c’est une période qui requiert une certaine prudence. Il y a alors des choses que l’on doit éviter de faire, de manger pour que cette période se déroule dans la sérénité et préserve votre santé et celle de votre futur enfant.

La grossesse, vivez-la en toute quiétude !

L’attente d’un heureux évènement est toujours une période d’allégresse et de plaisir, même si les premiers mois semblent être un supplice pour certaines. Pour que ce moment se passe bien, il y a des réflexes que vous devez adopter. Vous devez ainsi vous priver de manger des aliments crus dans lesquels des mauvaises bactéries pourraient se cacher, entre autres les formages non pasteurisés, les viandes saignantes et autres.

Évitez de boire de l’alcool, de boissons contenant de caféine, si l’un endommagerait le cerveau du bébé, l’autre est également très nocif pour le développement de l’enfant. Il est aussi conseillé de ne pas prendre des produits édulcorants pendant cette période, le mieux est de sucrer vos nourritures avec du miel.

Des choses à ne pas faire !

Pendant ce temps où vous portez en vous votre bébé, d’autres choses sont aussi à éviter pour votre bien-être et celui du bébé. Pour aucune raison, évitez la radiographie qui porterait préjudice au fœtus, le mieux est d’aviser votre médecin de votre grossesse pour toute consultation. Évitez également de vous exposer au soleil sans protection ou « à nu »au risque de voir apparaître sur votre visage des masques disgracieux qui y resteront à jamais.

Votre corps change, vos membres également augmenteront de volume, enlevez alors vos bagues qui pourraient coincer vos doigts. Une chose qui paraît anodine pour certaines mais qui s’avère être très dangereuse : celle du nettoyage de la litière de votre chat, car la toxoplasmose qui pourrait léser la santé de votre bébé, voire provoquer une fausse couche, se transmet avec cette opération.

Il y a aussi cette habitude que vous ne devez plus faire, celle de prendre des médicaments. Le temps du petit comprimé d’antalgique pendant un mal de tête est révolu, le somnifère qui vous a aidé à dormir n’est plus d’actualité. Et enfin, préférez les gymnastiques moins brutales et qui ne provoquent aucune secousse, évitez l’équitation, la boxe ou le ski alpin.

Des détails utiles

Pendant votre grossesse, non seulement votre humeur, sous l’influence des hormones, fait des siens, mais votre corps prend une autre forme, mais aussi gagne en poids. En effet, la femme peut prendre entre 11 kg et 16 kg pendant sa grossesse, dont le poids du fœtus ne représente qu’un quart. Certes, il y a une certaine moyenne qui serait idéale, mais les poids gagnés pendant la grossesse ne sont pas déterminants, l’important est d’avoir une alimentation équilibrée.

Sachez également que quelques abréviations sont couramment utilisées, entre autres la SA qui définit les semaines d’aménorrhée, la SG ou semaines de grossesse, la DDR ou date des dernières règles et la DPA ou la date probable d’accouchement.

Les insectes pollinisateurs

Dans le phénomène de la pollinisation, les insectes pollinisateurs jouent un rôle primordial. Ce sont des agents essentiels dans le processus de la reproduction des plantes car en effet, sans ces précieux insectes, la pollinisation ne peut se faire et l’on ne pourra plus profiter des fruits, des graines et autres produits de la nature. Mais quels sont donc ces insectes et pourquoi sont-ils si irremplaçables ?

Quels sont les insectes pollinisateurs ?

Les insectes pollinisateurs sont les insectes qui permettent aux espèces végétales, notamment les plantes à fleurs de se reproduire. En venant butiner sur les fleurs afin de se nourrir, les insectes transportent involontairement les grains de pollen vers d’autres fleurs. Le fait de transporter le pollen d’une fleur à une autre permet la fécondation et la production de fruits et de graines. Il est donc devenu plus qu’important de bien connaître les insectes pollinisateurs pour mieux les protéger. Ces insectes peuvent se classer en 4 grandes catégories :

  • les hyménoptères qui regroupent les insectes pollinisateurs tels que les abeilles, les guêpes ou encore les bourdons, et également les fourmis

  • les lépidoptères qui sont constitués par les papillons, qu’il s’agisse des espèces de jour ou des espèces nocturnes

  • les diptères qui regroupent les mouches, les syrphes (à différencier d’une guêpe) et également les bombyles (à différencier des bourdons)

  • les coléoptères qui sont constitués des cétoines dorées, de la trichie commune

Les abeilles, insectes pollinisateurs N°1

Si les abeilles font partie des insectes pollinisateurs, l’on pourra dire que ces insectes sont les insectes pollinisateurs les plus efficaces qui soient. En effet, une abeille seule peut butiner jusqu’à 250 fleurs par heure mais également d’emporter sur une seule de ses pattes, quelques 500.000 grains de pollen. Encore un atout à son actif, l’abeille pollinise 71 espèces de plantes parmi les 100 qui constituent les ressources alimentaires de l’Homme. Il s’agit des fruits comme la pêche, la poire, les groseilles…, des légumes comme l’oignon, la citrouille, le concombre…

Le déclin des insectes pollinisateurs, un danger imminent pour l’Humanité

D’après le savant Albert Einstein, « Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que 4 années à vivre ». En effet, si les insectes pollinisateurs venaient à disparaitre, l’Homme serait contraint à ne plus consommer plusieurs aliments essentiels à sa survie et sa consommation alimentaire sera dangereusement appauvrie. L’impact sur l’agriculture mondiale serait une véritable catastrophe car il faut savoir que 65% des plantes agricoles seraient alors menacées, soit plus de 35% de l’alimentation humaine. En outre, jusqu’à 90% des plantes sauvages dépendent de ces insectes pour pouvoir se reproduire.

Les raisons de la disparition des abeilles

La disparition des abeilles est principalement due aux actions de l’Homme, notamment les pesticides sont une des causes de mortalité des abeilles. Ces produits sont en effet d’une toxicité avérée pour ces précieux insectes pollinisateurs car ils sont à l’origine de malformations, de faiblesses des défenses immunitaires…

En outre, le déclin des abeilles est également le fait des insectes appelés varroa destructor. Ces insectes acariens transmettent la maladie de varroose aux colonies d’abeilles pour les décimer de façon rapide et redoutable. Le parasite infecte le corps de l’abeille adulte et des larves en attaquant son système immunitaire et en entrainant une paralysie pour finir par la mort de l’abeille.